marécage


marécage

marécage [ marekaʒ ] n. m.
• 1360; adj. 1213; de maresc, anc. forme de marais
Lieu inculte et humide, à flore particulière, où s'étendent des marais. marais; étang. Couper des joncs dans un marécage.
Fig. et péj. bas-fond, bourbier. « il tendait la main à cette jeunesse et à cette pureté pour les entraîner dans le marécage » (Romains).

marécage nom masculin (ancien français maresc, marais) Étendue de terrain couverte de marais (même sens au singulier et au pluriel). Littéraire. Bas-fond où l'on risque les compromissions et l'abaissement moral : Les marécages de la politique.

marécage
n. m. étendue d'eau dormante peu profonde, marais.

⇒MARÉCAGE, subst. masc.
Terrain spongieux, saturé d'eau, impropre à la culture, où s'étendent des marais, et qui est d'accès difficile en raison d'une dense végétation aquatique verticale. Marécage immense; profond, vaste marécage; marécage boisé, inextricable, empoisonné, puant; couvert(e) de marécages; relent de marécage. Du gibier qui sent le marécage. Tout ce pays-là n'est qu'un grand marécage. Les saules, les oiseaux aquatiques se plaisent dans les marécages (Ac. 1835-1935). Plaine onduleuse encore mouillée, chaussée sinueuse, à travers des marécages et des limons, où les buffles enfoncent jusqu'aux genoux (FROMENTIN, Voy. Égypte, 1869, p. 90). Dans une autre [métairie] que traverse le gros ruisseau, où il déborde souvent, la terre, faute de fossés d'écoulement, est retournée aux alentours au marécage, encombrée de plantes aquatiques, si spongieuse qu'elle en est devenue élastique sous le pied (PESQUIDOUX, Livre raison, 1932, p. 217):
1. Les jours mauvais pleuvent. (...) de toute cette eau qui glisse par terre, de toute cette pluie oblique, (d'autres en feraient des marais et des marécages pleins de fièvres et tout peuplés de sales bêtes dégoûtantes).
PÉGUY, Porche Myst., 1911, p. 270.
P. métaph. Je manque de la brutalité nécessaire pour faire mon chemin à travers les marécages de notre société actuelle, et je n'ai aucune envie de tenter l'aventure (AMIEL, Journal, 1866, p.546). À la surface de ce marécage [la Chambre], des gaz infects venaient crever du plus profond des consciences (BARRÈS, Leurs fig., 1901, p. 171). Le Jugement dernier ne les éveillera pas [ses voisins au Panthéon] ou dans un tel état d'indifférence et de somnolence que Dieu, je pense, les replongera aux marécages de l'éternité inconsciente comme des poissons de vase indignes des eaux de lumière (ARNOUX, Paris, 1939, p. 83):
2. Plût au ciel que le lecteur (...) trouve, sans se désorienter, son chemin abrupt et sauvage, à travers les marécages désolés de ces pages sombres et pleines de poison; car, (...) les émanations mortelles de ce livre imbiberont son âme comme l'eau le sucre. Il n'est pas bon que tout le monde lise les pages qui vont suivre; quelques-uns seuls savoureront ce fruit amer sans danger.
Lautréam., Chants Maldoror, 1869, p. 123.
Au fig., péj. [En raison du caractère enlisant, fétide... de qqc.] Marécage de + subst. (abstr.). Je ne vois plus que cela en quoi je lui suis inférieur: elle a vingt ans, et elle est jolie. Et moi je suis un intellectuel, une vieille marmite à penser de trente-quatre ans. La conversation, un vrai marécage de platitude (MONTHERL., J. filles, 1936, p. 1034). Le soir, film inepte où deux grands artistes, Ingrid Bergman et Bing Crosby, l'une en religieuse, l'autre en pasteur, se noient dans un marécage de pureté morale (COCTEAU, Maalesh, 1949, p. 144).
REM. Marécagier, subst. masc., hapax. Marchenoir (...) [avait] plusieurs fois exprimé très haut son mépris pour ce marécagier superbe [le directeur du Rilate] (BLOY, Désesp., 1886, p. 216).
Prononc. et Orth.:[]. Ac. 1694, 1718: marescage; dep. 1740: -ré-. Étymol. et Hist. 1re moitié du XIIIe s. (RAIMBERT DE PARIS, Ogier le Danois, éd. M. Eusebi, 6620). Dér. norm. ou pic. de maresc (v. marais); suff. -age; cf. mareschage adj. «marécageux» (1213 ds Romania t. 65, 1939, p. 495; v. encore T.-L.). Fréq. abs. littér.:290. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 204, b) 444; XXe s.: a) 452, b)548.

marécage [maʀekaʒ] n. m.
ÉTYM. 1530; marescage, v. 1360; mareschage, adj. « marécageux », v. 1213; de maresc, anc. forme de marais, suff. -age.
1 Lieu inculte et humide à flore particulière où s'étendent des marais. Marais; étang, gâtine, grenouillère, maremme. || Plantes des marécages (Jonc, roseau, œnanthe…). || Crapaud des marécages (→ Froisser, cit. 6). || Boue, vase, miasmes des marécages (→ Corrompre, cit. 1). || Marécages alternant (cit. 3) avec des prairies. || Marcher à travers les marécages sur des échasses (cit. 1). || Patauger, s'embourber dans un marécage.
1 Ce terrain était sans doute un vaste marécage, car les herbes qui le couvraient avaient cet air chevelu, onduleux et déjà presque liquide des végétations aquatiques, mer de joncs et de longues tiges gladiolées (…)
A. Maurois, le Côté de Chelsea, p. 106.
2 Fig. Bas-fond, marais.
2 (…) il tendait la main à cette jeunesse et à cette pureté pour les entraîner dans le marécage où il avait conscience d'enfoncer lui-même.
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. V, XXIV, p. 228.
DÉR. Marécageux.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • MARÉCAGE — s. m. Grande étendue de terrain humide et bourbeux, comme le sont les marais. Ce ne sont pas de bons prés, ce sont des marécages. Du gibier qui sent le marécage. Tout ce pays là n est qu un grand marécage. Les saules, les oiseaux aquatiques se… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • MARÉCAGE — n. m. Grande étendue de terrain humide et bourbeux, comme le sont les marais. Ce ne sont pas de bons prés, ce sont des marécages. Du gibier qui sent le marécage. Tout ce pays là n’est qu’un grand marécage. Les oiseaux aquatiques se plaisent dans… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Marécage — Marais Pour les articles homonymes, voir Marais (homonymie). En géographie, un marais est un type de formation paysagère, au relief peu accidenté, où le sol est recouvert, en permanence ou par intermittence, d une couche d eau stagnante, en… …   Wikipédia en Français

  • marécage — (ma ré ka j ) s. m. Terrain où il y a des marais. •   Elle [la grenouille] allégua pourtant les délices du bain, La curiosité, le plaisir du voyage, Cent raretés à voir le long du marécage, LA FONT. Fabl. IV, 11. •   Laissez là ces mousquets trop …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Marécage — nm terrain humide en permanence fr. Dénominations dialectales : aganas, augar, bâcheux (adj), beryé, bottière, bravenco, bru, cabeuson, caoulas, caumasso, léchère, louino, mara, maira, marache, maréchat, marin, marôt, méloise, merdasson,… …   Glossaire des noms topographiques en France

  • marécage — nm. => Marais …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • Marécage de Kuk — Kuk (site agricole) Ancien site agricole de Kuk 1 Patrimoine mondial Latitude Longitude 5° 47′ 1.36″ Sud …   Wikipédia en Français

  • Le Marécage (manhwa) — Le Marécage 습지생태보고서 Type Sonyung Genre tranches de vie One shot Manhwa Auteur Choi Kyu sok Éditeur …   Wikipédia en Français

  • Chanson De Soldat De Marécage — Le Chant des déportés Le Chant des déportés ou Chant des marais (en allemand Moorsoldatenlied, « chanson des soldats de marécage », ou Börgermoorlied, « chant de Börgermoor ») est un chant composé en 1933 par des prisonniers… …   Wikipédia en Français

  • Chanson de soldat de marécage — Le Chant des déportés Le Chant des déportés ou Chant des marais (en allemand Moorsoldatenlied, « chanson des soldats de marécage », ou Börgermoorlied, « chant de Börgermoor ») est un chant composé en 1933 par des prisonniers… …   Wikipédia en Français